Un arbre provenant du nouveau Monde

Originaire de Virginie, le robinier a été introduit par Jean Robin, botaniste attitré du roi Henri IV. Il reçut un jour les graines d'un ami naturaliste américain et en fit tout de suite bon usage en plantant le premier spécimen place Dauphine à Paris en 1601. Peu de temps après, l'arbre s'est éteint mais on a pu transplanter deux autres individus, l'un situé au square Viviani (1620) et l'autre au Jardin des Plantes (1636). Si vous avez envie de toucher un être vivant de plus de 400 ans, rendez-vous également au square Saint-Julien le Pauvre dans le 5ème arrondissement. C'est le plus vieil arbre de la capitale ! Il faut savoir que les robiniers vivent en moyenne 300 ans et que le grand âge de ces trois arbres parisiens impose le respect, il me semble. La culture du faux acacia s'est ensuite développée pour de multiples raisons : il croît rapidement, fixe les talus avec ses grosses racines et surtout offre un bois dur et imputréscible. Ce bois est utilisé pour réaliser des piquets et palisser vignes et vergers. Ce n'est donc pas étonnant de retrouver cet arbre partout dans ma région mais aussi en Bourgogne, dans la vallée du Rhône et en Gironde.


  


Un miel réputé et de plus en plus rare

Il me semble important de faire un petit clin d'oeil au miel d'acacia (l'appellation reste tolérée du fait de son nom populaire). Une fleur de robinier peut produire chaque jour jusqu'à 2 mg de nectar, composé de 50 % de sucre. C'est la raison pour laquelle les abeilles jettent leur dévolu sur les envoûtantes grappes ivoires. Les conditions climatiques printanières (chaleur, pluie, gelée...) altèrent cependant très vite les fleurs et les insectes nectarifères ne peuvent pas exploiter au maximum les ressources offertes par le robinier. Le miel d'acacia étant victime de son succès, les grandes chaînes de distribution proposent souvent du miel d'importation provenant de Hongrie ou de Roumanie. Une fois de plus, regardez les étiquettes !


                  


La recette idéale !

Je tiens cette recette d'une petite vieille que j'avais rencontrée il y a quelques temps déjà. Je lui avais raconté mes souvenirs d'enfant durant lesquels je dévorais ces délicieux beignets à chaque printemps chez la grand-mère d'une amie. A l'école, je posais une feuille d'acacia sur ma bouche, dans le sens de la longueur, et soufflait fort pour émettre un sifflement strident. Je pouvais faire cela à la chaîne, c'était si doux, si rigolo. Et puis, avec les copines de primaire, on réalisait des couronnes et des colliers de fleurs pour faire comme les filles de Tahiti ! Alors toute émue de mes confidences, cette brave dame me donna sa recette de berrichonne avertie et expérimentée dans la pâte à beignets, spéciale acacia. Pour ne pas masquer le goût des fleurs, il est nécessaire qu'elle soit le plus neutre possible. Pour le plaisir, elle doit être et rester croustillante. Je n'ai pas analysé techniquement la recette pour essayer de justifier sa valeur. Mais sachez que cette pâte est la plus adaptée aux fleurs d'acacia, elle est parfaite !

Manger des beignets d'acacia est un plaisir éphémère et c'est certainement ce qui en fait son charme. Avant de ramasser toutes les fleurs situées sur votre chemin, comptez tout d'abord le nombre de personnes qui en mangeront (4 beignets pour un amateur de base). Ce serait du gâchis de les cueillir pour rien, non ? Je me répète, quittez votre ville ou vos appartements le temps d'un après-midi ou d'un jour férié, promenez-vous dans les campagnes avoisinantes, repérez de belles fleurs acacias, loin de toute pollution, et cuisinez-les de cette façon. Vous verrez qu'après cela, chaque année, vous serez encore plus impatients de voir le joli de mois de mai arriver.


Ingrédients pour dix beignets de fleurs d'acacia
180 g de farine - 1 oeuf - 50 g de sucre en poudre - 100 ml de lait - 150 ml de bière blonde - 1 sachet de sucre vanillé - une pincée de sel - de l'huile de friture - du sucre glace
Temps de préparation : 30 min
Niveau : très facile

1. Commencez à faire doucement chauffer votre bain de friture (max 180°C).

2. Dans un saladier, versez la farine, le sel et faites un puits. Ajoutez l'oeuf, le sucre en poudre, le sucre vanillé et fouettez au milieu.

3. Incorporez le lait puis la bière. Fouettez quelques minutes pour rendre la pâte bien lisse. Laissez reposer 15 minutes.

4. Pendant ce temps, secouez les grappes de fleurs pour retirer les petits insectes logés à l'intérieur (on les comprend).

5. Saisissez la grappe de fleurs d'acacia par la tige et trempez-la généreusement dans la pâte à beignets. Laissez égouttez quelques secondes et plongez-la dans l'huile chaude. Comptez deux beignets dans la friteuse par plus. Faites cuire environ 3 minutes de chaque côté, jusqu'à ce que les beignets soient légèrement dorés.

6. Saupoudrez les beignets de sucre glace et dégustez sans attendre.


                  


D'autres recettes par ici !
Beignets aux figues
Beignets de fleurs de courgettes aux senteurs du Maghreb