La beurrée, un gâteau typiquement belle-îlois

C'est en effet une spécialité que l'on ne trouve que sur l'île, dans certaines boulangeries (Saint-Nicolas à Sauzon et Gourmandises à Palais). J'étais persuadée du contraire et c'est la boulangère de Palais qui me l'a confirmée. Naturellement, je lui ai demandé quelle était la différence entre le kouignamann et la beurrée car ils ont bien des similitudes. "Le premier est élaboré comme une pâte feuilletée, la seconde est faite avec une pâte à pain et est moins feuilletée." Évidemment, je me suis bien gardée de lui demander, la bouche en coeur, si elle pouvait me donner la recette. Sans illusion, j'ai tout de même cherché sur Internet et j'en suis arrivée à la conclusion suivante : "...si je la faisais moi-même cette beurrée ?".


Ma version : avec du beurre doux et des pommes

Je disais à ma copine : "Je ne vais pas pouvoir faire pareil, c'est évident. Il faudrait que je garde au moins la base, à savoir de la pâte à pain, du beurre, beaucoup de beurre et une rasade de sucre, tout en apportant un truc en plus". Soudain, elle me regarde franchement et me sort tout de go : "Bah, tu n'as qu'à faire une beurrée berrichonne, tiens ! Avec du beurre doux et des pommes. Ça fera berrichon tout ça ! Par contre, il faudra retrouver le côté caramélisé..." Elle ne s'en doutait pas, mais dans ma tête, je dansais un mélange d'andro et de bourrée berrichonne.


Un procédé sans chichi pour un résultat étonnant

Beurrée berrichonneDeux semaines ont passé depuis cette idée lumineuse. Le changement de serveur et de format du blog m'ayant occupée pas mal de temps, je me suis enfin décidée hier soir à la mettre en pratique. Allez hop, une bonne recette de pâte à pain piochée chez Sandra (grande prêtresse de la boulange), admirée en images chez Makanaï (autre pointure en la matière), et me voilà partie à lancer le programme "pâte à pizza" (sans cuisson, 1h30) de ma machine à pain. Je n'avais aucune idée de la façon dont j'allais m'y prendre, alors j'ai fait les choses au feeling. Une fois la pâte levée, je l'ai étalée comme une pizza, badigeonnée allégrement de beurre pommade (comme on le ferait avec une sauce tomate), saupoudrée de sucre, rabattue sur elle-même comme une aumônière et écrasée au rouleau à pâtisserie à plusieurs reprises avec quelques morceaux de pommes émincées, au four, et on n'en parle plus ! A priori, la beurrée crue n'est pas très présentable, voire difforme et boursouflée, et je dirais que c'est plutôt bon signe. Ne cherchez pas à vous appliquer comme vous le feriez avec une pâte feuilletée, les petits défauts lui donneront encore plus de "gueule".


beurrée berrichonneEn observant la pâte gonfler, j'ai ressenti la même émotion qu'avec la gougère bourguignonne. J'étais ébahie devant la porte du four, me retenant de ne pas l'ouvrir toutes les 5 minutes pour observer de plus près, toucher, humer cette beurrée. Histoire de faire un clin d'oeil régional et rustique, je l'ai retournée à la sortie du four, comme une tarte Tatin, l'objectif étant surtout de faire couler le caramel sur les bords.

Imaginez la torture, j'ai dû attendre toute la soirée et toute la nuit pour la prendre en photos aujourd'hui, à la lumière du jour ! Comme la version bretonne, vous pouvez la repasser un peu au four pour ramollir le caramel (qui colle méchamment aux dents). Cette beurrée est très calorique mais elle est tellement plus simple à réaliser que le kouignamann. Les amateurs de gâteaux caramélisés devraient trouver leur bonheur dans cette recette qui sent bon les vacances.

Je dédie cette recette à Gracianne pour fêter son retour dans la blogosphère. Elle aussi adore Belle-Île, les recettes rustiques, la campagne, les mots et sa présence me manquait.


Ingrédients pour 8 personnes
180 g de farine - 125 g d'eau - 1 cuillère à café rase de sel - 1 cuillère à café rase de levure sèche de boulanger (soit environ 4 g) - 200 g de sucre en poudre dont 40 g pour le moule - 120 g de beurre dont 20 g pour le moule - 1 belle pomme Royal Gala ou 2 petites Reinettes
Temps de préparation : 20 minutes (si on utilise une machine à pain), 30 minutes si on pétrit la pâte à pain à la main
Niveau : pas trop compliqué
Coût : économique

  • Si vous utilisez une MAP

1. Versez l'eau dans la cuve.
2. Ajoutez la farine.
3. Mettez le sel dans un coin.
4. Faites un petit trou dans la farine et versez la levure sèche de boulanger.
5. Lancez le programme "pâte à pizza" ou tout autre programme proposant une levée sans cuisson.

  • Si vous préparez la pâte à la main

1. Délayez la levure dans l'eau.
2. Mélangez la farine et le sel dans un saladier.
3. Faites un puits et ajoutez au centre l'eau contenant la levure.
4. Pétrissez les ingrédients jusqu'à l'obtention d'une pâte souple et élastique.
5. Remettez la pâte dans le saladier, couvrez-la d'un torchon et laissez reposer 1h30 dans une pièce chaude (25°C environ).

Découvrez cet article très intéressant de Makanaï sur le pétrissage d'une pâte à la main.

6. La pâte a doublé de volume et forme de petites alvéoles, elle est prête. Préchauffez le four à 180°C.

7. Épluchez la pomme, coupez-la en quatre, retirez le trognon et émincez-la finement.

8. Versez l'équivalent de trois cuillères à soupe de sucre sur le plan de travail.

9. Étalez la pâte à l'aide d'un rouleau à pâtisserie (épaisseur 1 cm environ).

10. Malaxez le beurre entre vos mains pour bien le ramollir (pensez à mettre 20 g de côté pour le moule). Étalez-le sur toute la surface de la pâte en tâchant de ne pas la percer (d'où l'importance de la texture du beurre qui doit être "pommade") et saupoudrez dessus une petite poignée de sucre.

12. Rabattez les bords au centre, comme on le ferait pour une tourte rustique ou une aumônière. A ce stade, vous ne voyez plus le beurre qui est caché sous la couche de pâte à pain. Aplatissez-la avec la paume de votre main, saupoudrez de sucre, retournez-la à l'envers sur le plan de travail, étalez-la et saupoudrez de sucre.

13. Procédez encore trois fois à ce tour de main. Si la pâte colle au plan de travail, ajoutez un peu de sucre mais ne farinez pas. Au pire, si elle se déchire, colmatez les trous en pinçant entre le pouce et l'index.

13. Disposez la moitié des pommes sur la pâte, rabattez les bords et procédez comme ci-dessus. Ajoutez une dernière couche de pommes sur le dessus.

14. Beurrer un moule à manquer, versez le reste de sucre dedans et remuez-le pour bien l'enduire de sucre. Prenez la beurrée dans le creux de vos mains réunies et posez-la dans le moule. Aplatissez-la pour qu'elle colle bien au bord.

15. Enfournez pendant 40 minutes, jusqu'à ce que la beurrée soit bien dorée.

16. Démoulez-la tout de suite sur une grande assiette plate.


D'autres recettes par ici !

Beignets de pommes au cidre fermier
Cake à la pomme et à la Sucrine du Berry
Cheesecake breton au citron et son caramel au beurre salé