J'étais partie pour cuisiner un navarin d'agneau en cocotte, seulement, en découvrant au Biocoop de Bourges de l'ail frais, j'ai décidé de réaliser ce grand classique de la cuisine française en papillote. D'un côté, de la selle d'agneau et des petits légumes de printemps cuits dans du papier sulfurisé, de l'autre, des tranches d'ail frais légèrement badigeonné d'huile d'olive. Après une heure de cuisson à 160°C, voici à quoi ressemblait l'ail frais...




Je n'ai pas le voulu mettre directement dans la papillote, histoire d'expérimenter la cuisson lente de ce bulbe piquant. Avec ma fourchette, j'ai prélevé la première gousse d'ail confite et là, quel bonheur, cette fine purée parfumée sous une croûte caramélisée a eu raison de ma gourmandise. Les morceaux collent aux dents comme un caramel au beurre salé, c'est étonnant il est vrai, mais c'est vraiment exquis. Lorsque la papillote est cuite, il suffit de présenter l'ail confit à côté et de se servir au fil de ses envies. On y retrouve son goût et son odeur caractéristique, avec un peu moins de piquant (ce qui est logique étant donné qu'il était frais).




Lorsque l'on réalise un navarin, il est coutume d'opter pour de l'épaule et du collier. En mijotant longuement à couvert, les morceaux se détachent alors très facilement. L'agneau est par défaut une viande tendre, mais en choisissant de la selle désossée, je n'ai pas pris trop de risques. La cuisson à l'étouffée grâce à l'enveloppe de papier sulfurisé, et douce dans un four à moyenne température, a permis à la viande de cuire correctement, de rester fondante, mieux, de se caraméliser dessus et dessous. Le jus et la graisse ont également aromatisé les légumes détaillés en dés. J'ai disposé autour des tranches d'agneau quelques fèves, un oignon nouveau, des petites pommes de terre, des carottes, des navets (ayant donné le nom du navarin) ainsi que des petits pois. Vous pouvez apercevoir ces derniers sur les photos, mais à l'avenir, je n'en remettrai pas car malgré un temps de cuisson assez long, ils n'étaient pas tous bien cuits. Honnêtement, on peut très bien faire l'impasse sur les petits pois qui n'apportent pas ici un réel atout gustatif.

Ce qui est appréciable, c'est le peu de temps de préparation de cette recette. Vous pouvez très bien vaquer à vos occupations pendant que les papillotes mijotent tranquillement au four. Il est également envisageable de les cuire un peu moins longtemps et de poursuivre la cuisson au dernier moment, juste avant de passer à table. J'ai tellement aimé cette version originale du navarin d'agneau que je la prévois de nouveau la semaine prochaine, lors d'un repas avec des amis. C'est bon, c'est de saison, c'est à la fois gourmand et sain avec son lot de petits légumes, bref, je suis conquise !




Ingrédients pour deux personnes
2 belles tranches de selles ou de gigot d'agneau (soit 400 g) - 2 carottes - 1 oignon - 2 navets ronds - 8 petites pommes de terre - 400 g de fèves en gousses - quelques branches de thym - 1 bulbe d'ail frais - huile d'olive - sel et poivre
Temps de préparation : 20 min
Niveau : facile
Coût : moyen

1. Préchauffez le four à 160°C. Ecossez les gousses des fèves et retirez ensuite leur peau avec la pointe d'un couteau. Vous pouvez blanchir quelques minutes les fèves à l'eau bouillante pour qu'elles se dérobent plus vite, mais il y en a tellement peu que cela n'en vaut pas la peine.

2. Epluchez les carottes, les pommes de terre, les navets et l'oignon. Détaillez-les en petits dés (diamètre 1 cm), passez-les à l'eau froide, réservez.

3. Déroulez le papier sulfurisé sur 60 cm, repliez-le en deux, disposez une tranche d'agneau dessus et ajoutez la moitié des petits légumes de part et d'autres. Ajoutez deux petites branches de thym, arrosez d'un trait d'huile d'olive, salez et poivrez. Refermez la papillote et nouez-la avec du raffia. Faîtes de même avec les ingrédients restants.

4. Enfournez pendant 1 heure. Une demi heure avant la fin de cuisson des papillotes, détaillez l'ail frais en rondelles épaisses (3/4), badigeonnez d'huile d'olive, parsemez de thym et faîtes dorer sur une feuille de papier sulfurisé. Servez l'ail confit avec la papillote. Régalez-vous.

N.B. : évitez d'utiliser de l'aluminium pour la confection de vos papillotes et préférez le papier sulfurisé, plus esthétique et non-nocif pour les ingrédients.