De gauche à droite et de bas en haut, vous pouvez apercevoir une knautie des champs dont la fleur ressemble à celle de la ciboulette. Je n'ai pas pu identifier l'insecte sur la photo à droite, mais je pense qu'il s'agit d'un coléoptère, assez proche de la famille du capricorne. François, tu connais ? Il y aussi ce magnifique papillon qui virevoltait si vite que je n'ai pu avoir que cette photo de face. C'est un argus bleu céleste qui fait une pose furtive sur des myosotis. Si vous êtes chanceux comme moi, vous découvrirez peut-être des orchidées sauvages, comme cet orchis pourpré que j'ai pu voir pour la première fois. Dépêchez-vous, car c'est bientôt la fin de saison.




Je retourne souvent dans mon coin à violettes pour voir comment la Nature évolue. En m'aventurant dans les herbes hautes et humides de ce chemin de campagne perdu, j'ai dérangé des caloptéryx vierges qui somnolaient sur des orties. Lorsqu'elles s'envolent, ces libellules produisent un bruit vaporeux et frétillant, tout un poème...




Qui n'a pas grignoté les petites tiges sucrées des fleurs du trèfle des prés ? Il n'y a pas d'âge pour goûter à ces bonbons de la Nature. Pas question de manger toutefois l'ancolie à droite, c'est une Renonculacée, donc méfiance, elles sont souvent toxiques. Dans certaines régions, l'ancolie est protégée, ne la cueillez pas et admirez plutôt ses charmants éperons crochus. Au centre, il s'agit probablement d'une graminée, espèce à déterminer. Dans la forêt privée familiale, nous avons eu la chance de profiter il y a 15 jours d'un spectacle singulier, celui d'un champs de narcisses à perte de vue. Cette vision poétique et champêtre nous a émerveillé le temps d'un week-end. Tout à droite, une fleur bien particulière avec ses pétales de fleurs divisées, il s'agit de lychnis fleur de coucou, très présentes dans les zones humides.




"Maman, on va cueillir des coquelicots là-bas dans le pré ?" Je la prends dans mes bras pour franchir le fossé et lui souris. C'est une vision qui me marque toujours profondément. Elle aime les fleurs, elle cueille des coquelicots, comme moi à 8 ans et à bientôt 30 ans. En marchant ensemble dans cette jachère naturelle, elle s'interrogea : " Il y en aura encore des fleurs quand j'aurai ton âge ?". Elle est sensibilisée aux problèmes de la Planète, c'est de sa génération. "Je l'espère ma fille, c'est pour cela qu'il faut les aimer et les protéger". Innocemment ou pas, elle m'a répondu :"Comme une Maman..."


Merci à Hélène pour la photo du champs de narcisses blanches.