Avant de vous parler de ce gâteau, une petite balade automnale, ça vous dit ? Kinaï, notre dernière petite chienne grandit presque à vue d'oeil et les pommes qui jonchent le sol sont d'excellents en-cas pour elle. Une pomme à 11 heures, une autre à 16 heures, pas un trognon ne reste ! Le coin dégustation des chiens se situe juste en dessous du tilleul qui commence à peine à jaunir. De cet arbre, ils peuvent surveiller l'entrée de la maison et surtout lézarder sur le cercle de lumière formé par le soleil.



Les enfants aiment cueillir ces graines-boucles d'oreille pour le dînette qui est une véritable institution dans la famille. Très souvent, je dois lâcher mes casseroles et aller dehors pour goûter leurs plats. Alors je m'émerveille, donne un avis sur l'assaisonnement et les félicite. L'automne est une bonne saison pour ce genre de cuisine. On y trouve de jolies feuilles jaunes, rouille, marron, des graines et encore des fleurs.



Contrairement à ce que l'on pourrait croire, les abeilles mellifères continuent de butiner à cette époque. Elles profitent encore des journées ensoleillées pour alimenter la ruche. Le miel permet de nourrir les larves tout au long de l'année ainsi que les ouvrières et la reine durant les périodes de froid. Les mâles meurent à l'arrivée des gelées, parfois même ils sont tués par les ouvrières. Une société matriarcale assez virulente ! L'hivernage de l'abeille mellifère est un phénomène assez rare dans la famille des apoïdes. Elle continue son activité, au ralenti certes. Quant aux abeilles solitaires, guêpes ou bourdons, ils survivent durant l'hiver en l'état de larve, de lymphe ou d'adulte, dans de vieilles souches d'arbres et réapparaissent ensuite au printemps.



Le miel permet justement de faire le plein de vitamines en automne et comme par hasard, il y en a dans ce gâteau au lait ribot ! J'avais repéré une recette sur le joli blog de Dali. Etant donné que j'avais une bouteille de lait ribot dans le réfrigérateur et que je n'avais pas forcément envie de le terminer façon Yop, il me fallait bien trouver une façon de le cuisiner. Le lait ribot, qui n'est autre qu'un lait fermenté, se déguste très frais. Il est épais, acide, picote légèrement les papilles et est excellent pour le transit intestinal. Sa fermentation permet également d'aérer les pâtes à gâteaux, même s'il ne remplace en aucun cas la levure chimique. N'ayant presque plus de farine de blé, j'ai incorporé au beurre pommade et au miel de la farine de sarrasin, histoire de conserver un esprit breton à ce gâteau. Bon après il est vrai que l'on change de décor avec les bananes bien mûres et les pépites de chocolat ! C'est un gâteau réconfortant disons, énergétique et savoureux avec les notes fumées du sarrasin et du miel, les saveurs chaleureuses du mélange banane-chocolat. Une petite douceur à déguster au coin de la cheminée...


Ingrédients 100 g de beurre pommade (à déposer près de l'âtre de la cheminée) - 100 g de miel - 3 oeufs - 100 ml de lait ribot - 100 g de farine de sarrasin - 50 g de farine de blé - 2 bananes bien mûres - 50 g de pépites de chocolat
Temps de préparation : 10 min
Niveau : facile
Coût : économique

1. Préchauffez le four à 180°C. Avec un fouet battez le beurre et le miel en crème. Si votre miel est trop dur, faîtes le fondre à feu doux dans une casserole.

2. Ajoutez le lait ribot puis les œufs un par un. A chaque addition d'œuf, joignez une cuillère à soupe de farine. Mélangez bien à chaque fois. Incorporez ensuite, petit à petit, le reste de farine tout en continuent de battre.

3. Coupez les bananes en rondelles et versez-les dans l'appareil avec les pépites de chocolat. Mélangez bien.

4. Versez la préparation dans le moule préalablement beurré et fariné.

5. Glissez au four et laissez cuire environ 30 minutes. Quant le gâteau est cuit, laissez refroidir et démoulez sur une assiette. Dali recommandait 40 minutes de cuisson mais une fois de plus, tout dépend des fours.


D'autres recettes par ici !

Macarons à la banane et au chocolat