Ce morceau se situe dans le tende de tranche, grosse pièce située en haut de la cuisse composée de six muscles (cliquez sur les chiffres 14/15/16/17). Mon boucher me l'a également définit comme "un muscle obturateur externe à la hanche du boeuf". Très technique je vous l'accorde. Pour appuyer son exposé très intéressant, il m'a montré dans sa chambre froide une carcasse de génisse. En effet, lorsque l'on observe, on comprend que l'araignée se love contre l'os de la hanche. Elle fait partie des morceaux dits de boucher comme le merlan ou la poire qui sont situés dans la même zone. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, ce n'est pas une viande longue comme la bavette, la hampe ou l'onglet mais une viande courte.

Si cette pièce de boeuf se nomme ainsi, c'est grâce à la forme étoilée de ses nerfs internes, rappelant l'insecte aux grandes pattes. A supposer que le boucher ne les retire pas, cette viande serait difficilement mangeable et l'on s'agacerait à la mâchouiller sans profiter de son goût délectable. Et c'est là que l'on peut voir un bon boucher. Il connaît parfaitement l'anatomie de l'animal, même dans les plus petits recoins, et exerce ce travail avec précision. A chaque fois que je regarde mon boucher faire, je suis bluffée par la dextérité dont il fait preuve. L'araignée se cuisine on ne peut plus simplement. Il suffit de la faire griller dans une poêle sans graisse. Vous aurez d'ailleurs noté sur les photos qu'elle comporte des zones de gras, donc limitons les dégâts. Ci-dessous, vous voyez les deux faces de l'araignée. A gauche, le morceau est intacte, à droite, il est moins joli car le boucher a dû l'ouvrir pour retirer les nerfs.


  


C'est une viande de choix et très tendre. Comptez entre 7 et 9 euros pour une pièce de 350 à 500 g. On peut donc largement se régaler à deux. En accompagnement, je fais souvent cette sauce au poivre vert qui lui sied à merveille. J'utilise des grains de poivre vert marinés dans du vinaigre que l'on peut trouver au rayon cornichons et olives. L'intérêt est multiple : non seulement ils ont du piquant, mais surtout ils ont du goût. Lorsque l'araignée est cuite à point, je la nappe de la sauce réchauffée à part dans une petite casserole pour ne pas refroidir la viande. Une bonne purée maison et je vous garantie que c'est le paradis. La prochaine fois que vous allez chez votre boucher, pensez-y !


                   


Ingrédients pour deux personnes
1 araignée préparée par votre boucher - 150 g de crème fraîche (3 grosses cuillères à soupe) - 2 cuillères à soupe de poivres verts marinés - sel
Temps de préparation : 10 min
Niveau : trop facile
Coût : raisonnable

1. Mixez la crème fraîche avec le poivre vert et du sel. Versez cette crème dans une casserole et faîtes chauffer tout doucement, jusqu'à ce que la sauce entre en ébullition.

2. Faîtes chauffer une poêle anti-adhésive quelques instants. Pendant ce temps, découpez l'araignée en deux, dans le sens de la longueur pour former les bifsteaks.

3. Saisissez les morceaux d'araignée de chaque côté, environ deux minutes respectivement pour une cuisson à point. Nappez-les avec la sauce et servez avec une purée de pommes de terre ou tout autre accompagnement de votre choix,


  


D'autres recettes par ici !
Carbonade flamande