Nous avons commençé notre marche par le plus difficile mais qu'importe, la beauté des paysages était au rendez-vous. Sous les rochers de schiste rouge se dressaient des ajoncs et des genêts. Ces derniers étaient utilisés autrefois pour confectionner des balais. Au sommet du Val sans Retour s'offrait à nous une vue exceptionnelle du Miroir-aux-fées, la gêole des amants infidèles.



En redescendant la vallée, un petit ruisseau nous guidaient vers le Miroir aux fées. Entre quelques photos, j'y ai glissé mes mains, peut-être pour ressentir les bienfaits de cette eau chargée d'histoire...



Qui a creusé ces trous dans cet arbre centenaire ? Des lapins, des insectes... ou des Korrigans, ou plutôt des Kornikaneds, ces petits lutins grincheux peuplant les forêts bretonnes. Et comment ne pas comprendre que les bretons croyaient en ces légendes, lorsque l'on regarde cette eau chargée de rouille ? On raconte qu'il s'agit du sang des fées, mais la version scientifique explique ce phénomène par une forte présente de fer dans les eaux bréciliennes.


Comme vous le voyez, il n'est pas difficile de se laisser aller dans la mystérieuse forêt de Brocéliande. Sa faune sauvage aux couleurs variées, ses odeurs de parfums subtils, ses sentiers abruptes m'ont fait voyagé le temps d'une balade dont je garderais le souvenir bien longtemps.